Papillon 4Site officiel de Laura Valentine. Textes protégés en droits d'auteur.Soleil oasis mirage

 

logolovalsousdroitsdauteur.png

Courrier de Bovet

ASSOCIATION DU COURRIER DE BOVET

Présentation

Le Courrier de Bovet, association nationale loi 1901 fondée en 1950, prend son nom de sa fondatrice même, Madame de Bovet. S'appelant au départ le Courrier des Prisons l'association a pour mission de maintenir le lien entre les personnes incarcérées et la société par le biais d'échanges épistolaires, favorisant ainsi leur réinsertion. Présidée par Catherine Daum, l'association compte à ce jour 1200 correspondants bénévoles. Des échanges, réunions nationales ou régionales sont organisées entre adhérents bénévoles. Naturellement tout correspondant est accompagné dans sa démarche épistolaire de différentes manières : écoute téléphonique, possibilité de s'adresser à un(e) référent(e), informations régulières sur le milieu carcéral et réunions. Pour protéger la vie privée des correspondants bénévoles un pseudonyme est choisi par le correspondant et inscrit au dos de chaque enveloppe envoyée au/à la détenu(e), complété par l'étiquette autocollante comportant l'adresse de l'association. Ainsi la personne incarcérée envoie son courrier au Courrier de Bovet qui elle-même réexpédie la lettre au correspondant après avoir identifié le pseudonyme utilisé. Concernant le contenu des courriers le correspondant doit bien sûr ne porter aucun préjugé ou discrimination quelconque envers la personne incarcérée, le respect doit être mutuel. Peut-être n'est-il pas évident pour tout un chacun de concevoir qu'un contact puisse être établi respectueusement avec une personne incarcérée ; une personne victime de violence(s) un jour dans sa vie pourrait opposer qu'un(e) détenu(e) ne mérite aucune attention du fait de ses crimes ou délits. Pourtant il est nécessaire de rappeler que qui que nous soyons nous avons une part de lumière et une part d'ombre en chacun de nous. La vie est une palette de couleurs. C'est là que se situe l'action du correspondant, apprendre à éveiller la part de lumière en l'autre, tout d'abord en le respectant puis en lui montrant petit à petit qu'il/elle n'est pas rejeté(e), qu'une personne est à l'écoute et s'intéresse à son être et défend ses droits. Une personne incarcérée a des droits, comme tout un chacun, et l'entraide est un devoir humain particulièrement pour des personnes qui, parfois, n'ont pas forcément eu les moyens ou le soutien nécessaires de se construire une existence décente (matériellement, psychologiquement, affectivement, socialement, éducation, etc). L'acceptation de l'autre en tant qu'être est une vertu où l'on apprend beaucoup.

Date de dernière mise à jour : 08/11/2011

griffeloval.png